Actualités Actualités http://www.joueurs-info-service.fr/Actualites Ces signes qui montrent que votre conjoint a peut-être un problème de jeu Votre conjoint joue mais vous ne savez pas trop si c’est grave. Sur quoi pouvez-vous vous appuyer pour savoir si vous devez vous inquiéter de la pratique de jeu d’un proche ? Des signes existent, rappelés par une étude australienne, qui permettent de savoir s’il y a lieu de s’alarmer ou non. De l’argent disparaît, les fins de mois sont difficiles Une personne qui joue a besoin d’argent pour jouer mais plus elle joue, plus elle perd. Un joueur qui joue trop peut rapidement se retrouver dans une situation financière délicate. Il n’a par exemple jamais d’argent pour participer aux dépenses communes. Les retards ou incidents de paiement se multiplient. Il demande souvent de l’argent mais ne rembourse pas. De l’argent disparaît. En face, vous avez de moins en moins confiance. Vous pouvez avoir tendance à cacher de l’argent pour assurer les dépenses essentielles. Vous vous retrouvez peut-être en... ]]> Selon une étude australienne, les premiers aidants des joueurs sont leurs proches La première motivation des joueurs à se faire aider est l’encouragement de leurs proches. C’est ce que rappelle une étude australienne [1]. Comment faire pour amener un joueur à changer ? Voici quelques éléments de réponse inspirés par un guide australien d’aide aux proches [2]. Ces conseils ne doivent pas faire oublier que chaque situation est unique et nécessite ses propres ajustements. Il faut en discuter Le changement insufflé par le proche viendra pour l’essentiel de la qualité de la discussion qu’il aura avec le joueur. Le temps de la discussion doit être un temps « à part », à un moment et dans un lieu où chacun pourra parler en toute liberté. Avant la discussion il est important que le proche se renseigne sur l’aide existante. Par exemple il peut lire « Se faire aider » et trouver le Centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) le plus proche dans... ]]> 4 informations utiles pour aider un proche en difficulté avec le jeu Un article précédent montrait que le rôle des proches est essentiel pour qu’un joueur accepte de se faire aider. Il est notamment conseillé aux proches de ne pas hésiter à se renseigner sur l’aide spécialisée et de trouver d’ores-et-déjà le ou les centres d’aide les plus proches. Un guide de conseils australien [1] rappelle quatre informations clé que les proches peuvent délivrer à la personne qui joue afin de l’encourager à se faire aider.
  1. Les problèmes de jeu peuvent être soignés Chaque année beaucoup de joueurs sont accompagnés par les professionnels des Centres de soins, d’accompagnement et de prévention an addictologie (CSAPA). Basée le plus souvent sur l’écoute et des techniques comportementales, l’aide permet de revenir à une pratique de jeu raisonnable ou d’arrêter de jouer.
  2. Chercher de l’aide c’est faire preuve d’intelligence et non de faiblesse Un joueur peut éprouver beaucoup de réticence à reconnaître qu’il... ]]> Jeux d'argent : les pièges de Noël à éviter pour les ados Les adolescents sont plus vulnérables face aux jeux d’argent A l’adolescence, le cerveau est en phase de développement et toute nouvelle expérience a un impact bien plus fort qu’à l’âge adulte. Il en va ainsi des drogues comme des gains de loterie ou de tickets à gratter. Si un adolescent gagne une grosse somme à un jeu de hasard et d’argent, il risque bien plus souvent qu’un adulte de percevoir le jeu comme un moyen simple de gagner de l’argent (1). Adultes, soyez responsables ! Rappelons que les jeux de hasard et d’argent sont interdits... ]]> A écouter : le jeu problématique sous toutes ses facettes Origines et conséquence Tout le monde ne devient pas joueur problématique. Géraldine Morel nous explique que pour le devenir des caractéristiques individuelles entrent en jeu mais aussi des facteurs tels que l’héritage familial, les ruptures de vie, le gain d’une somme importante. Le joueur excessif s’envisage comme un potentiel gagnant d’une grosse somme. Il ne vit plus rationnellement, ce qui le conduit à ne pas s’arrêter de jouer malgré les dettes qui s’accumulent. L’endettement du joueur peut devenir extrêmement important. Lorsque le problème d’argent ne peut plus être contenu, le joueur entre dans une phase de grande fragilité. Le risque de suicide est élevé et l’accès aux aides pour se... ]]> Meilleurs vœux pour 2017 ! ]]> Ces petits trucs pour empêcher que jouer devienne excessif Que vous soyez un joueur qui ne souhaite pas ou ne peut pas arrêter de jouer ou proche d’un joueur qui joue trop, voici quelques conseils issus d’un guide australien [1] pour tenter de réduire les risques de dérapage.
    • Limitez volontairement le temps que vous voulez passer à jouer et les montants que vous voulez consacrer au jeu. Dans les casinos ou chez soi les repères temporels peuvent disparaître. Mettez-vous des alarmes.
    • Ne jouez que des sommes que vous pouvez vous permettre de perdre. N’emportez que la somme que vous voulez jouer.
    • Laissez vos cartes bancaires ou de crédit à la maison.
    • Jouez uniquement aux jeux sur lesquels vous avez le plus de contrôle. Les jeux à gains rapides et les jeux faisant croire que l’on a « presque gagné » sont des jeux qui favorisent la perte de contrôle.
    • Équilibrez le temps... ]]> C'est parti pour l'enquête "Baromètre Santé 2017" bs2017.fr, permet de s’informer sur l’enquête et de vérifier si l’on fait partie des personnes tirées au sort pour répondre à l’enquête. Source : Baromètre santé 2017 : une enquête pour connaître les attitudes et comportements des Français en matière de santé ]]> Euro 2016 et paris sportifs : "Jouer comporte des risques" appeler Joueurs info service, au 09 74 75 13 13 (de 8h à 2h du matin, appel non surtaxé). Des... ]]> Nos vidéos ]]> Plus de 2000 joueurs ont cherché l’aide des CSAPA en 2014 un bilan de la fréquentation de ces centres en 2014 et depuis 2007. Parmi les personnes reçues, les personnes qui consultent pour un problème d’addiction sans substance sont en constante augmentation. En 2014, 8000 personnes qui consultaient en CSAPA ont déclaré que leur premier problème était un problème d’addiction sans substance. Parmi elles un peu plus d’une sur quatre (environ 2000) a un problème de jeu d’argent et de hasard. Ce sont surtout des hommes (75%) dont la moyenne d’âge est de 42 ans, ce qui en fait un groupe d’âge moyen assez élevé parmi les différents groupes consultant en CSAPA. La prise en charge des addictions... ]]> Championnat du monde de Handball et paris sportifs : attention à l’emballement championnat du monde de handball, un moment intense de sport mais aussi de nombreuses occasions de participer à des paris sportifs. Si parier ponctuellement via un site de jeu agréé par l’Arjel n’est habituellement pas un problème pour un adulte, les paris sportifs, comme tous les jeux d’argent et de hasard, sont une activité à risques de dérapages pour un mineur et pour les personnes en difficulté. Les paris sportifs sont interdits aux mineurs. Professionnels et parents doivent être particulièrement vigilants quant aux activités de jeu des plus jeunes. Public vulnérable, les adolescents n’ont pas la même capacité que les adultes pour se fixer des limites et sont plus souvent touchés par des problèmes de jeu. Quand on parie, il est souhaitable de se fixer des limites : sommes misées, nombre de paris… et comme dans tout jeu il faut être... ]]> Vendredi 13 : non il n'y a pas plus de chances de gagner ce jour-là ! Le hasard ne change pas le vendredi 13 Les jeux de hasard reposent sur des probabilités de perte et de gain qui ne changent pas en fonction du jour. La croyance que le vendredi 13 offrirait plus de chances de gagner provient de l’envie très humaine de penser que l’on peut influencer le hasard. C’est malheureusement faux, l’être humain reste impuissant face aux lois de la probabilité. Ce qui est certain cependant c’est que le vendredi 13 les opérateurs de jeu réalisent plus de bénéfices que d’habitude. Ce sont les vrais gagnants de ce jour si « spécial ». Ne tombez pas dans le panneau.   Article en... ]]> Jeux en ligne : intervenir pour éviter une pratique de jeu qui dérape l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) à utiliser dans un but de prévention les données récoltées sur les joueurs des sites de jeux en ligne [1]. Les joueurs considérés « à risque » pourront être contactés pour se faire aider. Le temps passé à jouer, la fréquence de jeu, le nombre de sessions ouvertes, le niveau des mises, les pertes financières dans le mois : autant d’indicateurs qui, mis ensemble, peuvent faire penser qu’un joueur est en train de perdre le contrôle de sa pratique de jeu. Les joueurs concernés pourront alors être contactés par l’Arjel et incités à se faire aider avant qu’une addiction s’installe. Cette mesure peut cependant être jugée intrusive par les joueurs. Le souhait du président de l’Autorité de régulation des jeux en ligne est donc que les joueurs puissent, au moment de leur inscription sur un site de jeu... ]]> Participez à l'évaluation d'une nouvelle aide à l'arrêt du tabac étude nationale peut vous aider face à votre pratique de jeu. ]]> Quand l'addiction au jeu est due à un traitement médical Si généralement des facteurs personnels et des événements de vie sont envisagés pour expliquer l’addiction aux jeux d’argent et de hasard, des traitements médicaux peuvent parfois aussi en être la cause. Explications. Comme le montre le compte-rendu de la « Semaine du cerveau » qui s’est tenue à Grenoble récemment, les médicaments utilisés pour soigner la maladie de Parkinson peuvent, chez certains patients, déclencher une addiction au jeu. En effet, en stimulant excessivement la libération de dopamine dans le cerveau, un neurotransmetteur impliqué dans le contrôle des comportements et le plaisir, ces médicaments favorisent la perte de contrôle. Plusieurs patients ont ainsi développé une addiction aux jeux de hasard sans pour autant que tous soient concernés. Des facteurs de vulnérabilité personnels et familiaux viennent sans doute aussi expliquer ces effets différenciés. C’est notamment ce qu’explique le document suisse « 5 fois plus de problèmes de jeu chez les... ]]> Finale de la Coupe de France de foot : ne misez pas tout sur les paris ! La finale de la coupe de France de football a lieu samedi 27 mai, elle oppose le PSG à Angers. C’est l’occasion pour certains de parier sur le résultat de la rencontre. Encore faut-il connaître ses limites ! Le pari sportif est une activité légale notamment sur les sites de jeu agréés par l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel). Ces sites vérifient que les joueurs sont majeurs, aident à contrôler et limiter le budget dépensé, la fréquence de jeu et garantissent le paiement des gains. L’Arjel s’assure de son côté que les paris sur la rencontre ne font pas l’objet de mouvements financiers anormaux, révélateurs d’une possible tricherie autour du match. Pour regarder le match avec plaisir il est recommandé de ne pas s’investir de façon démesurée dans les paris sportifs. En gardant l’esprit libre, le parieur reste un amateur de sport ! Mais si parier est une obsession, si... ]]> Parents - Ados : parler des jeux d'argent A l’occasion de la Journée mondiale des Parents le 2 juin, Joueurs info service propose aux parents quelques repères pour aborder la question des jeux de hasard et d’argent avec leur ado. Des jeux pas comme les autres Les jeux contribuent à la construction sociale et intellectuelle des adolescents mais les jeux de hasard et d’argent sont différents. Les gains obtenus avec les jeux de hasard provoquent une excitation particulière et risquent de faire croire à l’adolescent qu’il tient là un moyen facile de gagner de l’argent. Moins capable qu’un adulte de se fixer des limites, l’adolescent qui joue aux jeux d’argent et de hasard est deux fois plus souvent un joueur «à problèmes » qu’un adulte (1). Le fait de se commencer à jouer aux jeux d’argent dès l’adolescence est un facteur de risque d’en devenir dépendant plus tard. Que dire à son ado ? Comment se positionner sur les... ]]> Que se passe-t-il lorsqu'on arrête de jouer ? question. Un joueur qui arrête de jouer peut éprouver des « symptômes de manque ». Les stimuli et émotions liés à sa pratique de jeu ont disparu et laissent un vide. Au début, il ressent un inconfort physique et psychologique : il peut par exemple avoir mal à la tête, il est irritable, il dort mal. Les signes du manque ne sont pas aussi intenses que s’il s’agissait de l’arrêt d’une drogue mais sont réels. Heureusement, ces symptômes s’estompent assez rapidement. S’occuper, se trouver des activités pour penser à autre chose et moins penser au jeu aide beaucoup. Chacun trouvera les activités qui lui conviennent pour s’occuper l’esprit, mais... ]]>