Par téléphone

Joueurs Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Jeux en ligne : plus de problèmes lorsqu’on joue à un jeu illégal

Par Joueurs info service Voir les commentaires

Une enquête de l’Observatoire des Jeux (ODJ) montre que les joueurs qui jouent à un jeu en ligne illégal sont plus en difficulté que ceux jouant à un jeu légal.

Offre de jeu légale et illégale

En France il existe une offre légale de jeux en ligne. Cette offre concerne les paris sportifs et hippiques, les jeux de loterie et le poker. Les sites autorisés à proposer des jeux en ligne respectent un cahier des charges dont un volet est consacré à la protection des joueurs.

Mais tous les sites de jeux ne sont pas légaux et tous les jeux en ligne ne sont pas autorisés. Les jeux de machines à sous, de casino, de paris financiers ou sur le e-sport (*) sont en effet interdits en France.  Non labélisés et non contrôlés, ces sites illégaux n’offrent aucune garantie aux joueurs.

3 joueurs sur 10 jouent sur un site non autorisé

L’enquête de l’ODJ montre qu’en 2017 près d’un tiers des joueurs en ligne jouaient en dehors de l’offre légale. Le plus souvent ces joueurs jouent à des jeux qui ne sont pas autorisés en ligne, par exemple aux machines à sous ou aux jeux de casino.

 Les jeux non autorisés champions des problèmes de jeu

Parmi tous les joueurs en ligne, en moyenne 13% sont des joueurs excessifs. Mais ces chiffres cachent de profondes disparités. Les joueurs excessifs sont beaucoup plus nombreux  parmi les joueurs de machines à sous (48.3%),  les joueurs de jeux de casino (45,5%), les paris financiers (39,1%) et les paris e-sport (36%).

L’enquête de l’ODJ évoque deux explications à ce phénomène. D’une part « l’extrême dangerosité de la pratique de ces jeux en ligne », d’autre part ces jeux attireraient un public plus enclin à s’engager dans des pratiques problématiques de jeu.

(*) le e-sport ce sont les compétitions de jeu vidéo mais l’enquête inclut également sous cette appellation les paris sur les compétitions sportives ou hippiques virtuelles.

Réagir