Par téléphone

Joueurs Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les joueurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Témoignage

Par dav19

87 réponses


Trajan - 08/08/2019 à 06h11

Je me permet de participer au débat.

J'ai un rapport assez particulier au jeu, sous toute ses formes, qu'il soit d'argent ou pas. J'adore jouer depuis mon enfance. Ayant l'esprit assez matheux, les jeux d'argent m'ont toujours fasciné de part l'aspect probabiliste caché derrière, et surtout, la possibilité de renverser ses probabilités en notre faveur. Ado, j'ai toujours aimé les films sur les équipes de Blackjack, et ai passé plusieurs heures à me casser la tête sur des calculs de martingales à la roulette. Sans avoir 18 ans, je jouait un peu au Blackjack en Free-to-play en ligne.

Sur ces 2 jeux, j'étais bien conscient que l'avantage était difficile à obtenir. Beaucoup de travail et de concentration pour le Blackjack, pour ne pas dire impossible à la roulette après avoir trituré les martingales dans tous les sens.

Puis peu après mes 18 ans, j'ai découvert le poker. LE jeu où il n'y a pas que la chance en jeu. Mon esprit compétitif a vite voulu se saisir des ficelles du bon joueur de poker, commencé en Free-to-Play avec des Freeroll en ligne. Pour monter péniblement une cave de quelques $ tout aussi vite évaporé en passant aux tournois payants. Je commence donc à faire chauffer la carte bleue. De petits montants à chaque fois, mais pleins de fois 10 ou 20 euros, çà commence à chiffrer.

Après 200 euros de pertes en quelques semaines, entre 2 semestres à la fac, reprise des études, les premiers jours j'ai littéralement la tête dans le cul car je manque de sommeil du aux heures passées au poker. Je me rend compte que cela me nuit et décide de me faire interdire de ce site en particulier. Je range mon ordinateur et reprend ma vie d'étudiant studieux. Mais le poker m'occupe l'esprit. Je ne tiens guère qu'une petite semaine. Je suis toujours interdit du site, mais il y'en as d'autres ... Beaucoup d'autres. J'en aurais essayé de nombreux avant de tomber sur un dont l'ergonomie me plait bien. C'est un des plus gros sites de poker, du trafic en permanence, des tournois à toute heure ... Je remet encore 200 euros pour finalement gagner 1200 $ sur un tournoi à 3$. Et là, c'est l'incompréhension. Impossible de récupérer ses gains. Il me faut jouer une certaine somme pour tout débloquer.

Je me dis que je peux jouer jusqu'à tomber jusqu'à 800$. Mais une fois cette somme atteinte, toujours pas possible à débloquer. Je me maintiens à cette somme puis presque tout s'évapore, puis je m'essaye à d'autres variantes, et je regagne des tournois. Je remonte, je redescend, ... Bref, le yoyo quoi. Mais chaque gros gain en tournoi me conforte dans l'éventualité que je suis bon, et qu'en vrai, je peux le battre le jeu. Si je suis tombé bien bas parfois, c'est que je me suis essayé à des trop gros tournois, à 50 ou 100$. Mais en restant entre 1 et 5$, j'ai l'impression de maitriser la chose. Au final je finis au bout de 3 mois par devoir retoucher à la carte bleue. Puis par vider mon compte de ma première paye de l'été passé, premier job étudiant. Heureusement pour ma folie du jeu (Malheureusement pour ma vie sociale et financière), le vide de mon compte en banque coincide presque parfaitement avec mon anniversaire, qui renflouent donc de quelques billets ma situation, billets dont je trouve le moyen de les transférer sur mon compte en ligne et continuer à flamber pendant 1 mois. Puis la fin du 2° semestre arrive et les emmerdes avec. J'essaye de me remettre au travail mais alternent les jours de poker avec quelques rares jours de révisions (pour ne pas dire de visions ... pour les cours où j'ai du demander à d'autres de me les prêter). Je suis tellement à l'ouest que je rate mon premier jour d'examen sans le savoir, assis devant mon PC à jouer. Je me traîne aux suivants mais le mal est fait. Dans le même temps mes parents ont finis par tomber sur mes extraits de compte et me mettent le nez dans la merde ...

Nous sommes fin mai. Mes parents savent qu'il me reste 20 $ en ligne que je ne peux pas retirer. Je leur donne tout moyen de paiement possible à ma disposition et ils m'accordent de les garder pour jouer. Ils me dureront tout l'été, à jouer très épisodiquement pour m'aider dans mon sevrage. Le mal était passé.

En novembre de la même année, il me prend l'envie de réessayer. Je choisis spécifiquement un site où je peux me contrôler, et où je peux retirer à tout moment. Dépot maximal au mois : le minimum possible, 10 euros. Je ne souhaites pas gagner, ces 10 euros sont là pour être perdu, je veux voir si j'ai définitivement guéris du jeu pathologique. Je gagnes quelques tournois, monte à 300 et quelques euros. Dès que je sens la phase descendante, j'ai le réflexe de retirer 250 euros tout en m'autorisant à encore perdre 50 euros (je dis bien perdre, plutot que jouer, je pense que c'est le plus important)
Ca aura duré 2 semaines, je supprime mon compte, fin de l'épisode.

Quelques mois plus tard, rebelote. Je me dis que ce serait pas mal de rejouer un peu, pourquoi pas regagner, en gardant l'esprit lucide j'arrive vraiment à produire du bon poker.
Toujours le même site, limite de dépot au mois fixée au minimum possible, 10 euros. Ca dure quelques jours, je ne dépasse guère 20 euros, malgré un jeu serré rien n'y fait, parfois le jeu est tel qu'on a beau bien jouer, on perd tout de même. Même si il y'a une part de talent, cela reste une grande part de hasard. Je retombe à 0, cloture mon compte et ce seront ainsi mes derniers euros dépensés au poker.



Tout cet épisode s'est passé entre janvier 2009 et début 2010. Un peu moins de 2000 euros perdus dans la phase aigue (début 2009) puis désormais 9 ans d'abstinence du poker en ligne. Presque 10 si l'on oublie les 2 épisodes sans jeu pathologique.
Il a du m'arriver en 9 ans de faire 2-3 soirées de poker entre amis (sans argent), mais rien de plus, et c'est plus l'aspect social et festif de la soirée entre pote que le poker qui m'intéréssait là dedans. J'ai également joué de manière épisodique au casino (pas au poker, juste un peu de Blackjack, 4 soirées récréatives en 9 ans, moins de 100 euros perdus au cumul) et je pense être désormais totalement sevré du jeu d'argent pathologique.


Je pense qu'un témoignage de quelqu'un qui s'en est sorti peut toujours aider.

Je pense que le sevrage sous controle a été important, les fameux 20$ restants sur mon compte sans possibilité de recaver (Puis les 2x10 euros avec plafond imposé par le site en ligne). Ils m'ont duré plus longtemps, avec moins de temps de jeu, mais histoire de quitter le jeu en douceur. Le sevrage est souvent négligé dans le processus d'arrêt du jeu, qu'on essaye de faire brutalement, pour cesser net les pertes financières.. Confiez vos moyens de paiements à votre femme/mari, ou à un ami/parent. Et négociez un petit budget mensuel pour jouer.

Je dis çà puisque je vois beaucoup de personnes qui tentent de cesser brutalement avant de rechuter. Et de mon expérience, ce n'est pas la meilleure méthode.

LiliB - 16/08/2019 à 03h03

Bonjour Trajan,

Ravie de voir que vous avez pu vaincre le démon du jeu.

Si la méthode du sevrage progressif vous a réussit ce n'est pas le cas de tout le monde, malheureusement.

Certains, comme moi, ont du tout arrêter d'un coup sec car le sevrage progressif a été désastreux.

Aujourd'hui je ne joue plus.

Suis-je guéris pour autant ? Je ne crois pas. Je crois que lorsque nous sommes dépendants nous le restons même si nous réussissons mieux à nous contrôler.

Bonne continuité !

Yo-3 - 20/08/2019 à 17h48

Bonjour,
J'avais raconté mon histoire y'a quelques semaines...Je joue un petit peu moins mais encore un peu trop à mon goût...J'ai pris rendez vous à l'addictologue pour Mardi Prochain...J'espere qu'il me donnera des solutions...

Bonne journée a tous...

dav19 - 12/02/2020 à 16h53

Bonjour à tous,

Quelques nouvelles de mon parcours

La première bonne nouvelle c'est que je suis abstinent depuis 2 semaines aujourd'hui. Ca parait peu mais pour moi c'est beaucoup, car je jouais tous les jours et de manière intensive. Toute ma vie était tournée autour du jeu avec les nombreux déboires que vous connaissez en ayant lu mon parcours.

Je m'étais promis d'arreter debut janvier, mais après avoir gagné 1000 e en misant 4 €, je me suis mis à rejouer comme un cinglé, et la suite vous la connaiisez déjà. 1000e de gagné pour 4000€ de perdu ensuite.

Après une enième phase de dépression, de dégout de moi meme, je me suis enfin décidé a faire le grand pas.

pour l'instant je tiens bon et j'en tire une certaine fierté mais le gros soucis c'est que je m'ennuie. Je résiste mais je tourne en rond, je passe mes journée à ne rien faire ou presque sans envie ni motivation particulière.

J'ai un travail mais je n'arrive que très partiellement à bosser etant la plupart du temps en home office. Il faut absolument que je me booste pour trouver des activités, mais toutes ces années passer à jouer m'ont un peu couper du monde réel et du coup rien ne m'intéresse assez pour que je m'y mette a fond.

J'arrive par contre à faire un peu de sport ce qui me permets de soulager mes pulsions car sinon je passe mes journées à manger et fumer des cigarettes.

Je ne suis pas sorti de l'auberge mais je pense que c'est un long chemin. Je n'ai plus ces sensations de perte de controle et ces insomnies terribles a ressasser mes pertes.

Je vous souhaite à tous bon courage dans vos démarches

Moderateur - 14/02/2020 à 11h57

Bonjour Dav19,

Merci de donner de vos nouvelles et merci de votre fidélité. Bravo pour ces deux premières semaine d'arrêt. Nous savons combien, chez Joueurs info service, chaque heure puis chaque jour gagné au début est une vraie victoire lorsqu'on est dépendant. Vous pouvez être fier de vous.

Nous voulions revenir sur la question de l'ennui que vous éprouvez.

Déjà c'est normal d'éprouver cet ennui lorsqu'on arrête une addiction. Vous avez pour l'instant le goût à rien ou à pas grand chose parce que le jeu prenait toute la place et qu'il faut du temps pour se réhabituer à d'autres plaisirs.

Néanmoins notre conseil c'est, au début, de vous forcer à avoir des activités même si vous n'en n'avez pas envie. N'attendez pas que l'envie vienne et mettez la priorité sur le fait de vous occuper. C'est un enjeu important pour vous détourner de l'envie de jouer et diminuer le risque de rechute.

Vous pouvez vous faire aider par vos proches pour vous mettre le pied à l'étrier. Demandez-leur par exemple de faire avec vous certaines activités pour vous encourager ou simplement pour vous obliger à vous engager à les faire. Si vous n'arrivez pas à faire certaines tâches quotidiennes (ménage, cuisine...) demandez aussi l'aide de proches qui peuvent le faire pour vous (au début) ou avec vous. Il ne faudrait pas que vous vous sentiez démoralisé parce que certaines tâches essentielles ne sont pas faites. Essayez cependant de privilégier les activités qui sont censées vous faire plaisir, même si au début vous n'en n'avez pas envie ou que le plaisir n'est pas tout à fait au rendez-vous. Soyez régulier dans vos activités et avec le temps le plaisir reviendra ainsi que la facilité à faire les choses. Le cap de l'ennui aura alors été passé.

Cordialement,

le modérateur.

dav19 - 17/02/2020 à 10h18

Bonjour Modérateur,

Ces conseils sont bien sage et je vous en remercie. Je tiens bon malgré d'enorme pulsions qui me font un peu peur pour l'avenir.
L'avantage c'est que j'ai un dégout profond du jeu pour le moment c'est ce qui me fait tenir ainsi que l'amour que j'ai pour ma famille et que je ne veux plus détruire.
J'ai encore des difficultés a établir des budgets et gerer mon argent correctement, mais je ne desespere pas d'y arriver un jour.

Répondre au fil Retour