Par téléphone

Joueurs Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les joueurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Besoin d aide et de soutien

Par ratatouille

1161 réponses


LiliB - 03/08/2020 à 00h19

Bonjour groupe, je sors à peine d'un long tunnel de 2 mois de jeu. Les pertes ne sont pas gigantesques mais ce n'est pas le plus important. Le plus important c'est que je n'ai pas osé en parler à mon mari. Cela me mine terriblement. Je reprends mon bâton de pèlerin et je vais tenter de tirer du positif de cette rechute.

Une chose est certaine il me faut me recentrer sur l'essentiel. Ce qui est perdu est perdu, maintenant il me faut avancer,un pas à la fois, un jour a la fois.

J'ai lu tout vos messages. Tu as raison Boulette, le jeu, pour nous, est un véritable poison.

J'ai des tas de questions qui se bousculent ? Mais qu'est ce qui me fait peur comme cela ? Pourquoi ai-je besoin d'un refuge ? Pourquoi je suis capable de résister 1 an, 2 ans, 3 ans et que je replonge comme cela soudainement ? Je vais méditer la dessus. Bon courage à tous ! Haut les coeurs !

Joueur59 - 03/08/2020 à 12h16

Bonjour
Difficile de toujours être rationnel surtout avec nos pulsions de jeu..
Depuis plusieurs semaines je me bats pour ne plus jouer mais c est omniprésent à l l'esprit.
Je dois toujours faire de l introspection et apprendre de mes erreurs mais pas facile à appliquer. Je pense sans arrêt à me reconnecter sur les casinos en ligne tout en sachant que je connais l issue fatale.
Comme tu le dis Lili B pourquoi on replonge après tant d effort d d'abstinence....
Il faut jamais baisser la garde car on est tous à un moment plus fragile et le jeu nous ronge ...une sorte de cancer.il faut le combattre et être plus fort que lui
Il y a eu une sorte de déclic quand je me suis longuement arrêté i..une résignation totale .
J ai eu l opportunité de bien rebondir professionnellement et cela m a bien aidé dans ma rémission. Il faut un catalyseur pour contrôler ses émotions ses pulsions néfastes
Aujourd'hui mon métier me stresse de nouveau et je laisse rentrer le loup dans la bergerie...rebelote je dois avancer et accepter la situation. Le jeu va me détruire complètement si je continue...j ai une famille 3 enfants et je me pourris l existence avec ce jeu ...et l abstinence crée de la frustration. Un cercle vicieux où il faut trouver un moyen d en sortir...
Je lis attentivement vos messages vos mécanismes de pensée. Et ça aide bien on sent moins seul.
Bonne semaine




Pierrick62 - 03/08/2020 à 12h19

Salut à tous les amis,
Et oui lilib je pense que cette addiction qui est là notre, nécessite un travail mental constant et l'on ne sera jamais vraiment débarrassé de nos démons.
La tentation est constante et les lieux de débauche sont partout.
Il faut juste éviter de refaire ce petit jeu qui découlera sur un plus gros...
On va tous y arriver je n'en doute pas, chaque jour il faut conserver cette volonté de ne pas jouer.
Courage à tous, aujourd'hui on ne joue pas.
On garde le contrôle.
Jour 6

Soga22 - 04/08/2020 à 10h42

Bonjour à tous,

Je vous lis et me dis on est pas sorti de l'auberge !!!!!
Moi aussi gros craquage il y a 15 jours… sad
1000 € en une soirée et encore 200€ quelques jours après. Puis j'ai demandé à fermer mon compte de jeux en ligne.
Je suis dégoutée de mon comportement qui ruine des mois d'efforts.
J'ai moi aussi pas mal de stress ces temps, et comme souvent je me suis refugiée dans ma bulle de jeux ou pendant quelques heures je me sentais "bien"... même si à chaque dépôt je me disais : tu fais n'importe quoi !
Arrête toi ! Ce qui m'a fait arrêter c'est le plafond de ma carte !
Je pars dans quelques jours en vacances avec zéro argent de poche !
… j'ai repensé à l'année dernière et je vivais la même chose ! Des vacances calculées au centime car tout était passé dans le jeu !
C'est insensé !
et je vous lis… on saborde nos avenirs , nos projets … pourquoi ? on le sait , cela fait des années qu'on vit ces situations qui nous empoisonnent l'existence
Comme Dav 19 qui accompagne souvent ses craquages d'alcool , et bien moi je me refugie ensuite dans la nourriture !
Double peine car après je me sens encore plus mal!

Voilà, rien de positif de mon côté à vous dire .
J'ai même de gros doutes sur une "guérison" enfin une abstinence longue durée

Je ne vais pas rejouer car je suis trop dégoutée et de toute façon financièrement je ne peux plus.
Mais jusqu'à quand...? quand j'irai mieux et que je me dirais aller je tente 50€ pour le fun .... et pis chacun connait l'histoire ! je la connais trop bien , j'ai même envie de changer de bouquin !

Désolée pour ceux qui voulait trouver de la positive attitude ou motivation , aujourd'hui ce n'est pas le cas pour moi.
Il n'empêche que j'encourage tout vos efforts, tout vos projets et chaque démarche pour lutter contre notre fléau et que vous puissiez aller mieux et vivre votre plus vie.

Au plaisir de vous lire ,
Un jour après l'autre

Moderateur - 04/08/2020 à 10h46

Bonjour à tous,

Cette période semble bien difficile pour certains d'entre vous et le jeu vous a temporairement servi de refuge ou d'échappatoire. Ce n'est pas parce qu'il y a eu déconfinement que nous ne sommes plus dans une période difficile. Et peut-être au contraire !

Pendant le confinement vous vous êtes, les uns les autres, remarquablement mobilisés (*). Dès le début en mars dernier vous êtes venus ici et vous avez fait état de vos prises de conscience (boulette, Dav..) et de vos difficultés que vous avez surmontées (Soga...). Les autres (LiliB, Ratatouille...) vous êtes montrés solidaires et préoccupés à ce que tout le monde aille bien. Cette période de confinement a été favorable à ce que vous mobilisiez vos défenses et d'ailleurs vous avez globalement arrêté de jouer ou moins joué, ce qui n'est pas qu'une question de limitation de l'offre de jeux pendant cette période.

Puis le déconfinement - qui n'est pas tout à fait la fin de la crise - est venu. Il a été le signal que l'on pouvait relâcher la pression et en même temps il a été le moment où le stress à pu revenir sous d'autres formes (par exemple au travail),

Lorsqu'on subit un traumatisme - cette épidémie est un traumatisme collectif - ce n'est pas sur le moment que l'on va le plus mal mais bien après coup, lorsqu'on est amené à démobiliser ses défenses.

C'est probablement ce qui s'est passé pour la plupart d'entre vous. Sous la pression du retour à une vie presque "normale", ou pour absorber le stress que vous aviez contenu, vous avez joué parce que c'est la "réponse" que vous avez apprise par le passé pour évacuer le trop plein (de stress, d'émotions...). Ce n'est pas un phénomène entièrement conscient mais c'est parfaitement humain.

Aussi je vous invite à surtout ne pas vous fustiger pour vos dérapages. Par votre présence ici vous montrez que même si vous perdez parfois le contrôle vous ne le perdez pas complètement. Certains se désespèrent peut-être de ne se voir jamais "guéris" mais pourtant vous n'êtes plus tout à fait complètement "malades" non plus. En effet, vous avez des ressources pour arrêter de nouveau, pour vous dire "stop" sans tout laisser filer et vous savez notamment utiliser ce forum pour en parler et recommencer à arrêter. C'est remarquable.

L'étape suivante, pour les prochaines fois où cela pourrait arriver, serait peut-être que vous trouviez le réflexe de venir ici quand vous sentez l'envie de jouer monter ou juste après avoir cédé à la première pulsion. Vous ne le faites pas beaucoup (certains si tout de même) mais cela pourrait peut-être vous aider à ne pas jouer ou à différer. Ne vous sentez pas coupable si cela arrive mais au contraire en confiance pour en parler. Ici on ne vous jugera pas car vous avez construit une équipe ouverte et bienveillante. Bravo à tous !

@LiliB : si ma mémoire est bonne votre pratique initiale de jeu est liée à un événement traumatique qui est arrivé dans votre commune au Québec. Même si elle est de nature différente, cette épidémie est aussi un événement traumatique, Elle a dû réactiver les mêmes angoisses qui vous ont conduites à perdre le contrôle en jouant la première fois. La fonction du jeu peut être de paralyser toute pensée et ressenti négatif. Comme vous dites vous étiez dans un "tunnel" et d'une certaine manière vous n'étiez plus pleinement vous-même. Vous répondiez à un besoin sous-jacent qui a pris le pas sur le reste. Mais votre message montre que vous savez où est l'essentiel, que vous n'allez pas vous attarder sur ce qui est fait mais reprendre votre vie en main. Vous avez rechuté mais vous êtes toujours néanmoins sur une voie de guérison.

Courage à tous, un jour après l'autre vous arriverez à ne plus jouer.

N'oubliez pas aussi que notre ligne d'écoute peut vous donner les coordonnées de centres de soins spécialisés dans les addictions, dont l'addiction aux jeux d'argent. Vous entretenir avec des professionnels peut vous aider à avancer dans votre processus personnel de "guérison".

Cordialement,

le modérateur.

(*) vous ne le savez pas mais la spécificité de ce forum - donc vous chers participants - c'est qu'il s'est mobilisé dès le début du confinement, avec beaucoup de solidarité entre vous. Cela le distingue des autres forums sur les addictions que nous animons par ailleurs (Drogues info service et Alcool info service), qui sont passés par une première phase de sidération. Nous faisons l'hypothèse que c'est notamment le reflet des liens que vous avez créés ici au fil du temps. Merci à vous pour la qualité de votre engagement.

Moderateur - 04/08/2020 à 11h08

Bonjour Soga22,

Nos messages se sont croisés.

Pendant le confinement vous vous êtes réinventée et vous avez su alors arrêter. Je comprends que vous vous en vouliez mais comme je l'ai écrit plus haut ne vous fustigez pas. Nous sommes aussi dans une période difficile pour tous. Le jeu est pour vous une sorte de refuge émotionnel et cela prend du temps de trouver d'autres manières de gérer ce qui, peut-être, relève chez vous d'un manque affectif.

Je ne dirais pas que tout est à recommencer. Vous avez connu de bonnes périodes. Essayez de vous recentrer là-dessus, de vous remémorer votre disposition d'esprit à ce moment-là. Par contraste cela mettra peut-être en valeur la frustration qui vous a conduit à jouer. En la comprenant vous aurez de meilleurs signes d'alerte et vous saurez mieux anticiper pour l'éviter.

Vos périodes d'abstinence montrent que vous pouvez avoir le contrôle. Nous avons confiance en vous pour y arriver sans vous sentir contrainte. Nous ne savons par ailleurs plus à quelles aides vous avez pu avoir recours mais à nouveau essayez peut-être de trouver des professionnels pour vous aider à anticiper et repousser vos craquages.

Courage, un jour après l'autre vous allez y arriver.

Cordialement,

le modérateur.

Soga22 - 04/08/2020 à 11h18

Cher modérateur,

Merci pour vos messages.
Nous avons effectivement la chance d'avoir un fil de discussion très riche d'échanges et de personnes bienveillantes.
Nous pouvons parler librement de nos expériences, de nos déceptions et victoires.
Je suis toujours en quête de trouver un professionnel qui saura m'aider sur du long terme sans passer par les médicaments.
Car la plupart me conseille de prendre des médicaments et m'ont même dit que sans , je n'y arrivera pas.
Pour l'instant je ne m'y résous pas. Je ne veux pas stopper une addiction par une autre !

Ca m'a fait beaucoup de bien de passer un moment ici à vous lire et à me confier.

Belle journée à tous

Au plaisir de vous lire

Moderateur - 04/08/2020 à 11h46

Soga22 merci pour votre réponse,

Je voudrais rebondir sur cette phrase : "Car la plupart me conseille de prendre des médicaments et m'ont même dit que sans , je n'y arrivera pas. Pour l'instant je ne m'y résous pas. Je ne veux pas stopper une addiction par une autre !".

On entend souvent que prendre un médicament c'est remplacer une addiction par une autre. Il faut vraiment relativiser cette affirmation car on ne devient pas forcément dépendant en prenant un médicament. Cela dépend à la fois de la nature du médicament et de la manière dont on le prend.

Il est vrai que CERTAINS médicaments rendent dépendant et il est tout à fait compréhensible, lorsqu'on est sujet aux addictions, d'avoir peur d'en prendre. Mais, même les médicaments susceptibles de créer une dépendance, s'ils sont pris dans le cadre d'un projet thérapeutique défini, sur une période de temps limitée, ne poseront pas de problème.

Donc, plutôt que d'avoir peur de prendre un médicament, essayez avec votre médecin de bien définir pourquoi vous le prenez et sous quelles conditions. Parmi les médicaments que l'on est susceptible de vous proposer il y a vraisemblablement les antidépresseurs et les anxiolytiques. Les antidépresseurs ne créent pas de dépendance même s'ils ne doivent pas être pris sur le long terme non plus. Les médicaments anxiolytiques sont eux effectivement susceptibles de rendre dépendant. Mais ce n'est pas le cas s'ils sont pris sur de courtes périodes et qu'ils servent par exemple à dominer une montée de stress susceptible de vous faire jouer. Les anxiolytiques peuvent être pris ponctuellement, en fonction de ce qui se passe dans votre vie et de comment vous vous sentez.

Les médicaments ne résoudront pas tous vos problèmes à eux seuls mais ils peuvent être le marchepied vers un mieux-être durable et sans médicaments. Ils vous aident à gérer le court terme au moment où c'est difficile. Ils permettent de passer des caps compliqués (l'envie de rejouer parce qu'on est stressé par exemple) et doivent être laissés de côté une fois ce cap passé. Ils seront par ailleurs toujours plus efficaces et moins dangereux si vous bénéficiez d'un bon accompagnement à côté, c'est-à-dire de professionnels avec lesquels vous pouvez aussi parler de vos problèmes et difficultés.

Néanmoins nous ne voulons pas induire que vous n'y arriverez pas sans médicament. C'est bien vous qui choisissez la manière dont vous êtes soignée et ce qui vous convient. Nous voulions juste rectifier cette représentation sur le fait que prendre un médicament c'était forcément remplacer une addiction par une autre. Non, si vous donnez du sens à votre traitement, si vous n'en faites pas votre unique planche de salut (l'idée que cela serait LA solution) et si vous avez un accompagnement qui vous permet de parler de vos problèmes il y a vraiment très peu de chances que vous en deveniez dépendante,

Cordialement,

le modérateur.

boulette123 - 04/08/2020 à 13h14

Bonjour tout le monde,

Je vous envoie plein de pensées. LiliB, ta capacité à te tenir éloignée du jeu ces dernières années est un exemple pour nous tous. Comme l'a mentionné notre cher modérateur, on peut faire le parallèle entre la crise sanitaire et et la cause première qui a déclenché les envies de jeu chez toi. Courage à toi pour la sortie du tunnel ! Soga, comme tu l'écris, la force de ce forum, c'est de pouvoir échanger nos peurs, nos victoires, nos craquages... J'espère que les vacances vont te permettre de souffler un peu et de repartir du bon pied sans envie de fun. Mille fois d'accord avec joueur 59 sur la nécessité d'avoir un catalyseur pour contrôler nos émotions et nos pulsions.

On reste fort la team et bravo Pierrick pour le jour 6 !








Répondre au fil Retour